De grands progrès pour contrer la démence : la stratégie du Canada en matière de démence et la phase II du Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement

La ministre Petitpas Taylor avec le Dr Yves Joanette

Le Canada s’est joint à d’autres pays ayant une stratégie nationale en matière de démence lorsque la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a annoncé la publication de la Stratégie nationale sur la démence pour le Canada : ensemble, nous y aspirons, le 17 juin 2019.

La stratégie vise à prévenir la démence, à perfectionner les traitements, à mettre au point un remède et à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de démence et de leurs aidants. Cet objectif cadre bien avec la Stratégie de recherche sur la démence des IRSC et son Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement. Le dernier budget fédéral a alloué 50 millions de dollars à l’Agence de la santé publique du Canada pour faire progresser la stratégie. Par ailleurs, la ministre de la Santé est tenue de faire rapport chaque année sur les progrès réalisés dans le cadre de la stratégie.

La ministre a également annoncé un financement de 46 millions de dollars des IRSC et de leurs partenaires pour soutenir la phase II du Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement (CCNV). Créé en 2014, le CCNV est l’initiative principale du volet national de la Stratégie de recherche sur la démence des IRSC.

Dirigé par un directeur scientifique, à savoir le Dr Howard Chertkow, du Centre Baycrest de Toronto, le CCNV réunit plus de 300 chercheurs et cliniciens qui ont créé des normes et des plateformes communes qui correspondent aux priorités de la stratégie nationale en matière de prévention, de traitement et de qualité de vie. Un projet clé de la phase II consistera à créer une plateforme nationale pour étudier de nouvelles approches en matière de prévention de la démence.

L’Institut du vieillissement des IRSC a participé pleinement à l’élaboration de la Stratégie nationale sur la démence en collaboration avec l’ASPC, le milieu de la recherche et les intervenants. L’Institut est aussi ravi d’être associé aux organisations soutenant la phase II du CCNV.

Il s’agit d’une période passionnante pour la recherche sur la démence et l’urgence n’a jamais été aussi grande.

Date de modification :